« Prince Rainier III de Monaco » et son Parc Archéologique

prince Rainier III

Ce projet a été souhaité dès le début des années 2000 par la Commune de Lucciana. Le futur musée a obtenu l’appellation musée de France en 2012. La programmation du musée archéologique de Mariana et de son parc archéologique, conduite par la Commune de Lucciana est soutenue également par la Collectivité territoriale de Corse, le ministère de la Culture, et bénéficie du Plan Exceptionnel d’Investissement pour la Corse.

Pour avoir toutes les informations concernant le Musée rendez-vous sur le site internet dédié à celui-ci : http://www.musee-mariana.com/

La vocation du musée de site 

Le musée aura pour vocation la conservation des objets et des vestiges mis au jour à Mariana pendant plus d’un demi-siècle de recherche. Il sera un partenaire au service de la recherche scientifique sur Mariana et sera l’acteur et le vecteur essentiel de la  valorisation de la recherche archéologique et du fruit de cette recherche.

Pour ce faire, son service des Publics aura vocation à mettre en œuvre la politique des publics de l’établissement. Cette dernière aura une mission de sensibilisation au patrimoine et de transmission des connaissances auprès de tous les publics, jeune public, grand public, public insulaire, touristes et publics spécifiques. Le service de la régie des collections mettra en œuvre la chaine opératoire de la découverte d’un objet en fouilles à sa présentation au sein du musée. Il sera le garant de la bonne conservation des objets archéologiques conservés en réserve ou présenter au sein de l’exposition permanente ou d’expositions temporaires.

Le musée archéologique mettra en œuvre les programmations de conservation et de restauration des vestiges conservés in situ au sein de son parc archéologique constitué de la réserve archéologique au nord de la Canonica, du site archéologique classé au titre des monuments historiques de Mariana, de san Parteo, également classé monument historique. L’ancienne cathédrale, A Canonica, sera scientifiquement intégrée à la politique de valorisation du par cet conservera sa vocation cultuelle au service de tous.

Le projet architectural et muséographique

Le musée archéologique de Mariana sera implanté au nord de la Canonica, sur le site antique. Son intégration au site, le dialogue créé entre l’édifice médiéval et le futur musée feront la force d’une des premières architectures du XXIe siècle sur le territoire corse. Il sera réalisé par l’agence Pierre Louis Faloci après un concours de maitrise d’œuvre international lancé par la Commune de Lucciana en 2012. Après les indispensables études d’avant projet et la réalisation de fouilles préventives sur l’assiette de construction,  les travaux devraient débuter dès 2014.

Au sein de l’exposition permanente du musée, un parcours chronologique et thématique permettra d’aborder l’histoire de la cité antique et médiévale en mettant en relief les particularités de ce lieu qui en font un site unique par bien des aspects pour la recherche archéologique insulaire.

Le parc archéologique

Le parc archéologique sera l’écrin et la pièce maitresse de la collection du musée. Il se composera de la réserve archéologique constituée par la Commune entre le futur musée et la Canonica, le site actuel de Mariana, san Parteo et la Canonica.

Les vestiges archéologiques de Mariana ainsi que l’édifice roman de san Parteo connaitront une campagne de consolidation et de restauration. Un aménagement permettant une meilleure compréhension des édifices visibles et une meilleure accessibilité pour tous sera mis en place à Mariana et san Parteo.

Le conseil général de Haute Corse va permettre de rendre son unité à Mariana grâce à la déviation de la route départementale au sud du site actuel de Mariana.

Un aménagement paysager permettra, enfin, une harmonisation de ces différentes composantes patrimoniales et une valorisation des abords du musée.

Une première étude de faisabilité conduite à la demande de la Commune de Lucciana en 2011 nous a permis d’évaluer le budget prévisionnel de cette opération menée par la Commune de Lucciana en parallèle à la construction proprement dite du futur musée. Un phasage de ce programme ambitieux nous permet d’envisager un début des travaux de consolidation des vestiges fin 2014, début 2015.

La recherche archéologique à Mariana

Le site archéologique de Mariana fut l’un des terrains privilégiés de l’expression de la recherche archéologique en Corse. Après les premières prospections aériennes menées dès 1936 par Albert Chauvel et Louis Leschi, la mise au jour de la cité antique et paléochrétienne aujourd’hui classée Monument historique ainsi que ses nécropoles par mme Moracchini-Mazel dès 1959, Mariana fut envisagée dans une perspective globale, à la fois diachronique et pluridisciplinaire, par M. Pergola et ses collaborateurs, et ce jusqu’en 2007.

Depuis 2010, dans le cadre de la conception du discours scientifique du musée et d’une meilleure connaissance de ses collections et grâce au concours d’un programme collectif de recherches dirigé par M. Istria (CNRS – LA3M), les connaissances sur Mariana prennent une nouvelle dynamique.

Enfin, en phase de fonctionnement, le musée aura dans ses murs un pôle archéologique offrant l’infrastructure nécessaire à l’accueil sur place d’archéologues pendant le temps de fouilles et d’études post-fouilles, menées sur le parc archéologique de Mariana.

La pose de la première pierre :

Dans le cadre des liens cultuels et du jumelage entre la Commune de Lucciana et la Commune de Monaco, le musée archéologique de Mariana est dédicacé à SAS le Prince Rainier III de Monaco et la première pierre du musée fut posée le 26 septembre 2009 par SAS le Prince Albert II de Monaco.

En effet, S.AS le Prince Albert II de Monaco, à la tête d’une importante délégation, a tenu assister, au mois de septembre 2009 à la cérémonie du Jumelage, faisant de Lucciana la première ville de France à être jumelée avec la Principauté de Monaco.

A cette occasion il s’est dit profondément réjoui de cette fête du jumelage entre Monaco et Lucciana « car elle constitue un nouveau maillon de liens si anciens entre deux communautés, sous l’égide de Sainte Dévote« . Les autorité Monégasques, afin de bien marquer les liens qui unissent la Principauté à la Corse, ont tenu à baptiser La contre jetée à l’aplomb de l’auditorium Rainier-III du nom de « Quai Lucciana ».